Le développement de l’acculturation de jeunes maghrébins nés en France: attitudes, identités et stratégies en fonction du genre. Bulletin ARIC (2009), 47, 71-91

    Les enfants de migrants se situent au carrefour de plusieurs univers logiques et appartenances ; c’est ce qui fait leur richesse, mais cela peut aussi causer des difficultés (Moro, 1998). En effet, leur socialisation s’opère simultanément ou parallèlement dans deux milieux culturels distincts et autonomes, celui affectivement lié à leur vie familiale et autonomes, celui affectivement lié à leur vie familiale et celui véhiculé par le monde social extérieur, dont les significations peuvent être ressenties comme contradictoires (Perregaux, Akkari & Cattafi, 2000). L’une des tâches développementales des jeunes de 2ème génération est de faire co-exister leurs besoins personnels de développement et d’adaptation sociale avec les attentes parentales. En ce sens, ils doivent faire face à des difficultés spécifiques qui ont été jusqu’ici peu décrites dans la littérature (Bornstein & Cote, 2006). Comment développent-ils des compétences pour fonctionner adéquatement dans deux contextes culturels différents? Comment parviennent-ils à réguler les déséquilibres créés par la distance entre les normes, valeurs et modes de vie du pays d’accueil et d’origine ?

    D’autre part, la prise en compte de la dimension genre commence à susciter un intérêt sur le plan théorique, en particulier chez les migrant-e-s de première génération (Boubekeur, 2004) devant concilier le rôle d’agent de transmission des valeurs traditionnelles, avec leurs éventuelles aspirations à l’autonomie (Cattaneo & Val Derme, 2004). La recherche présentée ici s’intéresse aux différences de genre dans le processus acculturatif à l’adolescence chez de jeunes maghrébins nés en France.

    https://archive-ouverte.unige.ch/unige:30030/ATTACHMENT01


Chronique d’une famille en souffrance. Comment la résonnance est-elle utilisée comme un levier thérapeutique au sein d’une famille bouleversée par l’autonomisation d’une adolescente aux prises avec deux cultures? Thérapie familiale (2012), 33(3), Genève, 263-277 (2012)

    Les changements sociétaux du XXe siècle ont amené un focus sur l’épanouissement individuel, bousculant en cela les formes d’organisation familiale traditionnelle. Nous étudions ici les répercussions de cet individualisme sur une famille lors de l’autonomisation de la cadette aux prises avec deux codes culturels antagonistes. Plus précisément, nous nous intéressons à l’utilité de la résonance comme levier thérapeutique pour comprendre les enjeux dans cette famille. Prendre en compte le vécu émotionnel au cours du travail thérapeutique nous a permis de découvrir le thème commun sur lequel vibrait chacun des membres de la famille et la configuration dysfonctionnelle que nous étions en train de renforcer en rejouant avec eux un scénario stérile. Grâce à ce constat, nous avons pu rééquilibrer nos alliances pour permettre à chacun de sortir du rôle dans lequel il était figé et, ainsi, leur offrir la possibilité d’écrire un nouveau scénario.

    http://www.cairn.info/load_pdf.php?download=1&ID_ARTICLE=TF_123_0263